PubGazetteHaiti202005

Garry Conille n’a pas un chèque en blanc, selon Jean Charles Moïse

Jean Charles Moïse à Vertières

Le leader de Pitit Desalin, Jean Charles Moïse, a participé ce mercredi 10 juillet 2024 à l’émission Panel Magik de Magik 9. Il y a abordé la situation politique actuelle ainsi que sa présence controversée à la fête de l’indépendance des États-Unis à l’ambassade américaine en Haïti. 

Lors de son intervention, Jean Charles Moïse a admis que sa structure politique exerce un contrôle sur le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural. Toutefois, il a souligné qu’il ne recherche pas un quelconque partage, mais plutôt le rétablissement de la sécurité en vue de la tenue des prochaines élections.

Malgré la présence d’un représentant au sein du gouvernement, Jean Charles Moïse ne souhaite pas donner carte blanche au Premier Ministre Garry Conille qui, dit-il, n’a pas un chèque en blanc. Le dirigeant du parti Pitit Desalin exprime son impatience de voir des actions concrètes visant à restaurer la sécurité et la paix dans le pays.

« Si demain, il n’y aurait pas de résultats. Si dans deux mois, les résidents du grand Sud ne peuvent pas rentrer chez eux. Les mobilisations reprendront dans le pays », menace Jean Charles Moïse.

Cependant, l’ancien candidat à la présidence entend accorder une période d’observation au Premier Ministre Conille.


Jean Charles Moïse dit par ailleurs apprécier « une non-ingérence  des États-Unis dans les affaires politiques internes de ce gouvernement de transition, contrairement aux années précédentes ».

« Si ce gouvernement échoue, ce ne sera pas la faute de la communauté internationale », a indiqué l’ex maire de Milot très critiqué ces derniers temps pour sa présence à l’ambassade américaine lors de la fête de l’indépendance des États-Unis. Pour se justifier, il a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une « réunion politique ».

 

 


Par: Daniel Zéphyr

Category

Politique

Culture

Economie

Post on Jul 08, 2024
La Citibank mettra fin à ses opérations en Haïti en raison d’une demande faible de la part des clients institutionnels et d’une baisse de l’activité bancaire internationale, mettant ain

Sport